Connect with us

Psychologie

Le phénomène des faux souvenirs

Published

on

Le faux souvenir est le phénomène psychologique qui se produit lorsqu’une personne se remémore un événement qui, en fait, n’a jamais eu lieu. Les observations ou les hypothèses sur l’existence de faux souvenirs remontent aux débuts de la psychanalyse et de la psychologie clinique ; on les retrouve dans les écrits de Sigmund Freud et Pierre Janet.

Le point de départ du « syndrome des faux souvenirs » se situe dans la théorie freudienne de la séduction et dans son abandon pour celle du complexe d’Œdipe. Par la suite, ces deux théories ont en partie alimenté le mouvement féministe aux États-Unis. Ainsi la genèse des thérapies de la mémoire retrouvée se loge à la rencontre de ces différents facteurs.

Eviter les amalgames

Cette lutte contre la fausse mémoire ne doit pas être confondue avec le combat légitime et indipensable mené contre les pédophiles et les incestes avérés. Les témoignages de jeunes enfants ayant subi des abus sexuels véridiques n’ont rien à voir avec de faux souvenirs remontant à 20 ou 30 ans en arrière, suggérés par un thérapeute et qui ne sont pas corroborés. Les violences réelles subies par les victimes ne sont généralement pas oubliées, bien au contraire. Mais la mémoire est malléable et l’implantation de faux souvenirs, par des techniques de manipulation mentale, est aujourd’hui expérimentée et prouvée par les scientifiques du monde entier.

Comment expliquer alors que des pans entiers de notre histoire personnelle puissent disparaître de notre mémoire?

Nous changeons. Notre personnalité évolue, notre système de valeurs n’est pas stable dans le temps. La mémoire autobiographique est un processus sélectif qui ne garde que ce qui fait sens pour notre identité du moment. Pour ma part, les périodes de ma vie dont j’ai le moins de souvenirs correspondent à des moments de grands boulever­sements personnels.

Vrais et faux souvenirs
« Des études sur les humains basées sur le comportement et les techniques d’imagerie par résonance magnétique n’ont pas permis de déterminer les régions de l’hippocampe et les circuits neuronaux responsables de la création de faux souvenirs« , explique Susumu Tonegawa, professeur de biologie et de neuroscience au Massachusetts Institute of Technology (MIT), un des principaux auteurs de cette récente étude sur le sujet. « Nos expériences sur les souris représentent le premier modèle animal dans lequel la formation de faux et de vrais souvenirs peut être étudiée au niveau des engrammes, les traces laissées dans le cerveau par tout événement passé« , précise-t-il.

  • Quelques explications
  1. Un faux souvenir peut-être extrêmement précis et gorgé d’émotions, à l’image d’un vrai.
  2. Non, ce n’est pas parce qu’un souvenir est traumatisant qu’il est obligatoirement refoulé. Bien au contraire ! Pensez par exemple à tous ces soldats souffrant du stress post-traumatique et qui font des cauchemars incessants.
  3. Non, le fait d’être un enfant ne change rien au fait qu’un souvenir n’est pas obligatoirement refoulé sous prétexte qu’il est traumatisant.
  4. Au contraire, même s’il arrive de refouler un souvenir traumatisant comme « solution inconsciente de survie », plus un souvenir est traumatisant, plus vous vous le rappelez avec précision, lorsque celui-ci n’a pas été refoulé, ou lorsqu’il revient à la surface après refoulement. De plus, il a été prouvé scientifiquement que l’adrénaline améliore les capacités de la mémoire.
Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance

Copyright © 2017 pratique-info.